Anne Minh-Thu Quach Demande Une Véritable Protection Pour Les Réfugiés

VALLEYFIELD – La députée du NPD Anne Minh-Thu Quach (Beauharnois–Salaberry) critique vivement le projet de loi C-4, qui punit les réfugiés plutôt que de les protéger ou de prévenir le trafic d’êtres humains, comme l’indique pourtant le nom de la loi.

« Les Conservateurs de Stephen Harper s’attaquent encore aux groupes vulnérables. Les réfugiés qui fuient la violence, la pauvreté et la persécution, risqueraient d’être détenus pour un an, sans accès au processus de révision assuré par les Chartes internationales et sans possibilité de réunification avec leur famille pour 5 ans », a dénoncé la députée.

Anne Minh-Thu Quach est elle-même née dans une famille de réfugiés qui est arrivée au Canada par bateau en fuyant un régime répressif au Vietnam. Le sort des réfugiés la touche personnellement et c’est pourquoi elle a soulevé à la Chambre des communes les dangers inhérents du projet de loi.

« Quand mes parents se sont sauvés, en pleine nuit, sans papiers, et avec à peine quelques sous dans leurs poches, ils risquaient leur vies en plus de celles de mes frères de 1 an et 3 ans. Si le projet de loi C-4 avait été en vigueur, ils auraient sûrement été détenus avec mes frères pour 12 mois, à la discrétion du Ministre. C’est complètement arbitraire et discriminatoire. » 

Des groupes qui défendent les droits des réfugiés s’interrogent à savoir si le projet de loi respecte les conventions internationales signées par le Canada. Le traitement des réfugiés qui arrivent au sein d’un grand groupe inquiète également, puisqu’ils seraient traités différemment des autres, à la discrétion du ministre.

Le NPD souhaite que le projet de loi soit révisé, afin qu’il puisse réellement protéger les réfugiés.