Environnement

 

Au NPD, nous croyons que l’environnement c’est l’affaire de tous : pour mettre sur pied une politique environnementale adéquate, le gouvernement fédéral doit consulter les intervenants majeurs dans le dossier, comme les différentes communautés culturelles, les entreprises, ainsi que les gouvernements des provinces et des territoires.

De plus, comme l’environnement est un enjeu qui transcende les frontières, les États doivent se réunir pour s’entendre sur les actions à entreprendre pour faire face aux problèmes communs, comme celui du réchauffement climatique.  Le Canada doit reprendre son rôle de leader mondial dans ce dossier. La première étape est de respecter les engagements internationaux qu’il a pris en matière d’environnement. De plus, nous devons nous assurer de protéger l’environnement et la santé des gens en développant des évaluations environnementales rigoureuses.

Nous devons également arrêter de parler d’économie et d’environnement comme si l’un était en contradiction avec l’autre. Au contraire, ces deux dossiers vont de pairs : l’économie du futur sera verte. Ainsi, pour demeurer concurrentiels sur le marché mondial et continuer à prospérer, les Canadiens doivent immédiatement prendre le virage vert et investir dans les technologies propres.  Nous devons cesser d’être dépendants des matières non renouvelables, comme le gaz naturel et le pétrole, en développant des sources d’énergie renouvelables comme l’énergie solaire, l’hydroélectricité, l’énergie marémotrice, ainsi que la biomasse.

En empruntant le virage vert, nous créerons un nombre important d’emplois bien rémunérés, tout en faisant du Canada le chef de file dans le domaine, ce qui nous ouvrira les portes d’un marché encore peu exploité.

Ce virage vert doit aussi s’effectuer dans le quotidien des Canadiens et des Canadiennes : le gouvernement fédéral a le devoir de travailleur avec tous les Canadiens afin de trouver des moyens pour les aider à réduire leur empreinte écologique. Cette transformation commence avec la mise en œuvre d’une stratégie nationale de transport en commun. Le Canada est le seul pays du G8 à ne pas avoir une telle stratégie.

Source: site du député, Alexandre Boulerice

Lien: http://www.boulerice.org/index.php/fr/dossiers/environnement

 A) Interdire les microbilles

 On les retrouve dans les nettoyants pour le visage, les gels douche et le dentifrice, et du fait de leur petite taille, elles aboutissent dans nos lacs et nos rivières. La mesure la plus efficace serait donc de les empêcher d’atterrir dans le milieu naturel et d’être ingérées par des animaux marins, y compris les poissons destinés à la consommation.

Au lieu de prendre part aux efforts internationaux pour éliminer ce type de pollution, Stephen Harper a réduit les mesures de protection de la plupart des lacs et des rivières du Canada. De fortes concentrations ont ainsi été trouvées dans les Grands Lacs et dans les sédiments du fleuve Saint-Laurent.

La motion de ma collègue, Megan Leslie enjoint au gouvernement d’agir pour désigner les microbilles comme des substances « toxiques » ce qui permettrait alors au gouvernement fédéral de réglementer, de retirer progressivement ou d’éliminer les microbilles des produits utilisés ou fabriqués au Canada. Mon projet de loi sur la protection des lacs et des rivières va également dans ce sens :  ma page Internet pour plus d’informations sur mon projet de loi.

Voici mon discours pronconé en Chambre le 24 Mars sur ce sujet: http://anneminhthuquach.npd.ca/victoire-du-npd-pour-proteger-les-lacs-et-rivieres-contre-les-microbilles

Ajoutez votre nom pour envoyer un message clair au Premier ministre : la pétition en ligne

 

 

Aucun résultat trouvé.