Femmes de tête

L’émancipation des femmes et leur prise de pouvoir sont au cœur des préoccupations de la députée Anne Minh-Thu Quach (Salaberry – Suroît). Ce pourquoi, elle convie les femmes de la circonscription aux événements Femmes de tête.

Les soirées Femmes de tête sont des occasions de rencontres et d’échanges pour les citoyennes de la région. Anne Quach s’y entoure de personnes inspirantes qui reviennent sur leur parcours, les défis qu’elles ont relevés et les bons coups qui les rendent fières.

 « Depuis que je suis députée, j’ai la chance de rencontrer et de côtoyer au quotidien des femmes fortes, uniques et dynamiques. Il est important pour moi que celles-ci et toutes mes concitoyennes prennent conscience de la place qu’elles peuvent prendre dans les sphères de pouvoir », commente la députée originaire de Salaberry-de-Valleyfield.

Voici les portaits de quelques conférencières présenté lors de Femmes de tête...

EDITION 2019

Janick Tétreault-Moïse

C’est à seulement 25 ans que Janick accède au poste de directrice générale du CLD du Haut-Saint-Laurent, et ce, en pleine crise du textile. Armée de ses qualités de concertation et de leader, elle y accomplit bon nombre de projets, en collaboration avec les organismes du milieu et les entrepreneurs de la région.

Elle a ensuite aiguisé son sens des affaires au sein des Régates de Valleyfield, du CSSS du Haut-Saint-Laurent, de CEZinc et en tant que directrice générale adjointe de la 46e Finale des Jeux du Québec

En 2011, elle démarre, à titre de copropriétaire de Zel agence de communication. Elle est propriétaire unique de l’entreprise depuis maintenant 2 ans. Dans son temps libre, elle accorde une attention particulière à son conjoint et son fils.

De soir et de fin de semaine, elle est également partenaire, avec son conjoint, de l’entreprise familiale Les Vergers Frier/Cidrerie Rockburn.

Suzie Grondin

Œuvrant depuis 30 ans au sein du réseau collégial, elle a commencé sa carrière à titre d’enseignante en Techniques de l’informatique puis de coordonnatrice de stages, au régulier et à la Formation continue, pendant 12 ans.

Depuis 2000, elle a occupé divers postes de direction : aux affaires corporatives et des communications (secrétaire générale) incluant la responsabilité de la Fondation, du Service informatique et du recrutement des étudiants, aux affaires étudiantes et des communications incluant la responsabilité des services psychosociaux, pour ensuite occuper le poste de directrice des études pendant 4 ans. Finalement, depuis février 2016 elle est directrice générale du Collège de Valleyfield.

Linda Phaneuf

Diplômée en urbanisme de l’Université de Montréal en 1986, Mme Phaneuf a d’abord travaillé dans le secteur privé, avant de joindre l’équipe de la MRC de Beauharnois-Salaberry en 1990.

Elle y a occupé la fonction d’aménagiste pendant neuf (9) ans avant d’accéder au poste de directrice générale en 1999. Elle a, au cours des vingt (20) dernières années, participé à de nombreuses Tables de travail provinciales et a donné des multiples conférences sur différents enjeux de l’aménagement et du développement des territoires.

Suite aux nouvelles orientations politiques du Conseil de la MRC, elle est devenue en 2019, à la fois, directrice générale du Centre local de développement de la MRC. Elle occupe également depuis août 2018, la fonction de directrice générale et secrétaire-trésorière par intérim de la Régie intermunicipale de valorisation des matières organiques de Beauharnois-Salaberry et de Roussillon.

Finalement, elle a été élue en avril 2018, présidente de l’Association des directeurs généraux des MRC du Québec; étant d’ailleurs, la première femme a accédé à ce poste depuis la création de cette association, il y a plus de 20 ans.

Mélanie Léonard

Née à Montréal, Mélanie Léonard a grandi à Salaberry-de-Valleyfield et réside en Montérégie. Elle est présentement directrice musicale de l'Orchestre Symphonique de Sudbury.

Elle a été chef en résidence (2009-2012), puis chef associée (2012-2013) du Calgary Philharmonic Orchestra Elle a été chef invitée au Festival International de Jazz de Montréal et de plusieurs orchestres canadiens. Elle a dirigé l'orchestre et le choeur qui ont participé à l'enregistrement musical du spectacle produit par Moment Factory et présenté à la Basilique Notre-Dame de Montréal. Elle a travaillé avec des artistes de renom tels que Herbie Hancock, Charles Richard-Hamelin, Isabel Bayrakdarian, Shauna Rolston;et les comédiens John Rhys Davies et Garrett Wang.En plus de sa carrière de chef d'orchestre, Maestra Léonard a été collaboratrice musicale à La Croisée des Chemins sur ICI Radio-Canada Première Calgary.

Mélanie Léonard a complété un Doctorat en Direction d’Orchestre à l’Université de Montréal sous la tutelle des Maestri Paolo Bellomia et Jean-François Rivest. Elle possède aussi un baccalauréat en Techniques d’écriture de la même université. Elle a complété sa Maîtrise en Direction d’Orchestre à la Hartt School of Music (Hartford, Connecticut) sous la tutelle de Maestro Christopher Zimmerman. En 2012, elle a reçu le Prix Jean-Marie Baudet en direction d’orchestre attribué par le Conseil des Arts du Canada.

Sylvie Veilleux

Troisième d’une famille de 9 enfants, elle eut le bonheur d’avoir comme maman une femme de tête qui lui a inspiré l’amur et des valeurs très fortes d’humanité, de justice et d’engagement.

Diplômée en sciences humaines option éducation; du Cégep de Valleyfield en 1973 elle a ensuite travaillé à titre d’éducatrice dans la première garderie communautaire au Québec la garderie Ste-Élisabeth du Portugal à Saint-Henri. Cette expérience l’a amenée à travailler au sein du milieu communautaire pendant plus de 35 ans.

Elle cumule ainsi 15 ans d’expérience en service de garde, 3 ans d’expérience en animation muséale au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, 26 ans d’expérience en employabilité d’abord à PS Jeunesse à Valleyfield, puis au Carrefour jeunesse-emploi Vaudreuil-Soulanges,  dont 12 ans à titre de conseillère et agente de projet et 14 ans à titre de directrice générale.

Elle s’est impliquée au sein de comités de parents et de conseils d’administration. Elle a participé à de multiples rencontres intersectorielles réunissant des acteurs des milieux communautaires, économiques, institutionnels et municipaux.

D’une curiosité naturelle et animée du plaisir d’apprendre, elle a complété à temps partiel un Baccalauréat es art à l’Université de Montréal tout en conciliant ses rôles de mère de famille monoparentale et de travailleuse à temps plein.

EDITION 2018

femmes de tête

Manon Castonguay

Manon Castonguay

Native et résidente de Beauharnois, Manon Castonguay, mère de deux enfants est électromécanicienne de formation. Première femme à occuper un poste syndiqué chez CEZinc en 1997, Manon s'implique immédiatement au niveau syndical en tant que délégué. Maintenant présidente du syndicat dans un milieu majoritairement masculin, Manon et son équipe ont mené de front un conflit de travail d'une durée de près de 10 mois en 2017 pour les 370 membres de son syndicat, dont 18 femmes. Femme humaniste et toujours à l'écoute, elle livre un témoignage inspirant où tous s'y retrouve. <<Nous sommes tous des humains et nous sommes tous capable de défendre nos intérêts et ceux de nos collègues. >> nous raconte celle qui dit connaître le nom de tous ces membres.

Julie Lemieux

Julie Lemieux

Née à Drummondville, Julie Lemieux a été marginale dans sa manière de penser, à sa façon de faire reculer ses propres limites avec beaucoup d'efforts. Décrocheuse et raccrocheuse scolaire, elle a eu un parcours très autodidacte et parsemé de beaucoup d'expériences très différentes les unes des autres comme propriétaire d'un café bistro! En septembre 2001 elle s'inscrivait au Collège Ahuntsic avec sa nouvelle identité féminine ainsi quelque mois d'hormonothérapie, mais après 2 ans, pour des raisons de santé, elle ne poursuit pas ses études.

Depuis 2009, elle travaille comme charpentiere-menuisiere et ébéniste et habite Très-Saint-Rédempteur. Compte tenu de son amour inconditionnel de l'histoire et du patrimoine bâtit, elle s'est intéressé aux débats de son village concernant l'achat de l'église par sa municipalité. À partir de ce moment, elle assiste régulièrement aux séances du conseil pour défendre l'idée de préserver ce bâtiment patrimonial. En 2010, elle fonde la "fondation des amis du patrimoine de Très-Saint-Redempteur" qui s'est avéré rassembleur et porteur. En 2013, elle devient conseillère municipale et finalement mairesse en 2017!

Eve Filiatrault

Ève Filiatrault

Originaire de Salaberry-de-Valleyfield, Eve FIliatrault voit le dans une famille active et engagée. Elle s'inscrit en gymnastique au début des années '80 au club CampiAgile de Salaberry-de-Valleyfield pour plus tard représenter le club en compétition jusqu'au milieu de son adolescence.

Embauchée comme jeune monitrice au club de gymnastique CampiAgile, de plus en plus de responsabilités lui sont confiées jusqu'au moment où, âgée d'à peine 19 ans, elle prend les guides de l'organisme en 1995. Elle se passionne pour les enfants autant que pour l'activité gymnique et prend plaisir à transmettre son expérience du sport de compétition. Elle gradue du Collège de Valleyfield au sein de la toute première promotion du programme Arts et Lettres au profil Langages Médiatiques, obtient un baccalauréat avec Mention d'Excellence à l'Université de Montréal en Éducation préscolaire et enseignement primaire. Complètement dédiés au club CampiAgile, travailleurs zélés et infatigables, son conjoint et elle fond passer les inscriptions de 500 à 2500 adeptes et ce, malgré deux enfants et de multiples déménagements de l'organisme! C'est une femme d'appartenance qui a à cœur les thèmes du dépassement et de la fierté individuelle et collective.

Josiane Carrière

Née à St-Anicet, elle a grandi sur la ferme familiale avec son frère et sa soeur. Ayant toujours aimé la nature et les animaux, elle décide en secondaire 5 de s'inscrire à l'institut de technologie agroalimentaire de St-Hyacinthe en gestion et exploitation d'entreprise agricole. En 2012, à 25 ans, elle devient copropriétaire de la Ferme Urdani Inc et ainsi la 7e génération à y faire de l'agriculture. Ses parents étant très impliqués dans les associations et syndicats agricoles, elle suit rapidement leur pas et s'implique à ma façon. Membre de la relève agricole de sa région, elle devient leur représentante à 20 ans en siégeant comme administratrice sur le syndicat de base de St-Anicet. Elle sera ensuite secrétaire, trésorière et vice-présidente jusqu'à la fusion en 2012. En 2013, elle retourne siéger comme secrétaire et administratrice de secteur pour le nouveau syndicat local du Haut-St-Laurent. Elle fait de l’implication des jeunes femmes une de ses priorités en convainquant d’autres jeunes agricultrices à faire comme elle. Elle a également participé à différents comités de développement local pour l'agriculture et la conciliation-travail famille. Elle attend maintenant son 3e enfants et est toujours aussi impliquée tant à la ferme qu'au niveau syndical.!

Josianne Farrand

Photographe professionnelle établie depuis plus de 30 ans, elle est au service et accompagne les entreprises, les organismes, les institutions, les municipalités et les individus dans la mise en valeur et l’illustration de leur savoir-faire et raison d’être. Artiste à ses heures, elle utilise dorénavant le médium de la photographie numérique et les défis qui s'imposent quand l’imagination s’arrime avec technologie. Depuis plusieurs années, elle occupe différentes représentations aux seins de plusieurs conseils d'administrations de la région. Elle croit aux collaborations et initiatives qui s’installent quand différents milieux se rencontrent et partagent leurs intérêts. Son implication au sein des conseils d’administrations du Conseil des arts et de la culture de Vaudreuil-Soulanges ainsi qu'à la Chambre de commerce et d’industrie de Vaudreuil-Soulanges facilitent les liens qu’entretiennent ces organismes et favorisent la présence des arts et de la culture au sein du milieu des affaires et vice-versa. Elle participe également à la croissance et aux initiatives en développement durable du Comité 21. Elle aime voyager et documenter. Les résultats de ces passions résultent en des expositions!

Nathalie Collin

Nathalie Collin

Nathalie Collin - est née en 1967 - l’année des “Nathalies et des Stéphanes.” Mère de Famille et conjointe depuis 26 ans - étant jeune enfant, comme bien des gens, elle a voulu devenir médecin, pour aider, pour montrer à elle-même et aux autres qu’elle en était capable. Que de vivre à Verdun n’était pas synonyme d’être né pour un petit pain. Après avoir visité les laboratoires de biologie trop silencieux de l’université- elle opte pour les sciences politiques. Après un Baccalauréat à l’UQAM, elle a complété une maîtrise à l’École nationale d’Administration publique en gestion des organisations. C’est à cause d’elle si son conjoint est devenu Maire de Huntingdon parce qu’elle est tombée en amour avec cette région en 1999. Depuis, elle s’est impliquée avec la mission de sauver les plus démunis de la société. Dans la région, elle a été gestionnaire au CPE Kaleidoscope, présidente de la Coopérative de Solidarité Racines, siégé sur plusieurs conseils d’organismes communautaires de la région, s’engage maintenant pour la protection des migrants, et est surtout connue pour son engagement comme directrice à la Maison des Jeunes de Huntingdon qui opère maintenant avec 3 points de service: soit à Howick (depuis 2017), St-Chrysostome (depuis 2010) et Huntingdon (depuis 2008). Femme de cœur, femme de tête, Nathalie Collin n’a pas terminé de montrer aux autres qu’elle est capable de faire de vrai changement partout où elle passe!

EDITION 2017

Chantal Bédard

Chantal Bédard a étudié les communications et l’administration à l’Université du Québec. Productrice chevronnée elle possède plus de 20 ans d’expériences dans l’industrie de la production télévisuelle, des effets spéciaux, de l’animation et des réseaux sociaux.

Elle a entre-autre dirigé la série « 6TEEN » à Télétoon, réalisé « On s’écoute parler » de François Pérusse à TVA, « Stand-up.tv » avec Gilles Latulippe à TQS et CODA avec l’ONF. Elle a également mis sur pied et été directrice du studio de dessins animés chez Productions La Fête avec Monsieur Rock Demers, producteur reconnu pour Les Contes pour tous dont la Guerre des tuques. Elle a fortifié ses compétences en gestion comme directrice de l’administration et du marketing pour l’entreprise MaestroVision, chef de file dans la conception de logiciel dédié à la diffusion «Broadcast». Bref, elle nage dans les médias depuis un bon moment. 

Aujourd’hui, elle œuvre comme directrice générale de la télévision communautaire de Vaudreuil-Soulanges « Csur la télé ». Elle affirme que les médias communautaires sont le reflet direct de la culture citoyenne en étant les gardiens d’une mémoire collective inestimable.

À l’ère du numérique, les médias communautaires offrent une vision large de la culture qui s’inscrit dans une perspective de développement durable.  « …En 2016, les médias communautaires, dit-elle en insistant sur le mot COMMUNAUTAIRE, se sont transformés en véritables petits laboratoires numériques sociaux où le citoyen est au centre.

Gabrielle Limoges

Gabrielle Limoges s’implique bénévolement depuis sa jeunesse. Elle a d'ailleurs été décorée de la Médaille du Mérite par la Gouverneure Générale du Canada pour son implication bénévole et l'Ordre du Mérite de la Légion d'Honneur par l'ambassade française.

En 2002, elle abandonne son BAC en Psychoéducation à l’Université de Montréal pour se rediriger vers le côté plus terrain du DEC en Éducation Spécialisée au Collège de Valleyfield. Elle s’implique en tant que coordonnatrice pour le Camp de Jour de Saint-Anicet puis monte un projet de type ‘’Maison de Jeunes’’ dans la municipalité. Elle quitte la municipalité en 2009 et devient Intervenante ne toxicomanie à l’école secondaire Arthur-Pigeon, poste qu’elle occupera pendant 3 ans.

Elle se joint à l’organisme communautaire à but non lucratif Une Affaire de Famille où elle touche à plusieurs programmes et, en février 2015, devient directrice générale et permet à l’organisme de grandir et d’obtenir un prix très gratifiant de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Haut-Saint-Laurent.

Son mari et elle sont installés à Hinchinbrooke et sont famille d’accueil pour 4 enfants. 

Maude Laberge

Maude Laberge est maman de deux jeunes enfants et est mairesse de Sainte-Martine ainsi que préfète à la MRC de Beauharnois-Salaberry. Précisons qu’elle est la première femme préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry depuis sa création en 1982. A ce titre, elle siège sur une dizaine de comité dont le Conseil Intermunicipal de Transport du Haut-Saint-Laurent (CITHSL), la Régie intermunicipale d'aqueduc de la Vallée de Châteauguay (RIAVC), la Société Vélo Berge inc., le Comité de développement rural de la MRC Beauharnois-Salaberry, et le Comité Femmes et gouvernance locale de l'UMQ, pour ne nommer que ceux-ci.

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, elle a fait le saut en politique en 2009 afin de mieux concilier son rôle de mère et son engagement social.

Avant sa carrière en politique, Maude a travaillé 15 ans dans le domaine des communications ainsi que dans le milieu communautaire. Elle était consultante en environnement.

Cindy Trottier

Cindy Trottier est maman de deux jeunes enfants et œuvre dans le domaine de la publicité comme graphiste depuis plus de 13 ans.

 En 2013, après une révélation, elle choisit le minimaliste comme mode de vie et fait le grand saut en tant qu’entrepreneure.

 Afin de toujours améliorer son impact environnemental, en 2015, elle décide de plonger tête première dans le mouvement zéro déchet avec sa famille et lance le blogue Tendance Radis afin d'aider les gens en région, comme elle, à faciliter leur transition dans cette nouvelle façon de vivre.

2017 marquera le lancement de sa nouvelle plateforme, le Circuit Zéro Déchet, visant à repérer les marchands «zéro déchet friendly» partout au Québec.

Aujourd’hui, en plus de vous partager son expérience sur son blogue, elle offre des conférences et des formations, incluant des solutions adaptées aux régions, pour réduire l'empreinte écologique des citoyennes et des citoyens.