La Députée Du NPD Anne Minh-Thu Quach Souligne La Journée Mondiale De Lutte Contre Le Sida

VALLEYFIELD — Alors qu’approche la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida, la députée néodémocrate Anne Minh-Thu Quach (Beauharnois–Salaberry) souhaite souligner 30 ans d’efforts de la part de tous les intervenants, chercheurs et donateurs dévoués à la cause ainsi que le courage des personnes atteintes par cette maladie.

«C’est l’occasion de souligner le travail indispensable que réalisent les organismes tels que COCQ-SIDA et la Société canadienne du SIDA pour sensibiliser la population aux dangers liés à cette maladie dévastatrice ainsi que pour prévenir sa propagation», a déclaré la députée néodémocrate lors d’une allocution prononcée à la Chambre des communes.

Célébré chaque année le 1er décembre, l’évènement vise à mieux faire connaître le VIH/sida, à promouvoir la prévention et les traitements ainsi qu’à lutter contre la discrimination envers les personnes atteintes. Cette date marque aussi le 25e anniversaire de la Société canadienne du sida, qui œuvre en collaboration avec divers organismes locaux afin de coordonner la lutte contre la maladie.

« Je félicite les efforts constants de tous les professionnels de la santé et des organismes communautaires, qui font de la prévention auprès des jeunes en particulier et de la population en général, notamment sur le plan des pratiques sexuelles saines. Je tiens à souligner le travail crucial de l'organisme communautaire Émiss-ère dans cette lutte contre le VIH-sida, dont l'action couvre toute la Montérégie», indique Mme Quach.

Bien que le sida demeure un fléau omniprésent et potentiellement mortel — le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec estime à 700 le nombre de nouvelles infections par année — l’espérance de vie des personnes atteintes s’est grandement améliorée. «Les percées sont encourageantes. Il faut garder espoir.»

Les organismes locaux de la circonscription Beauharnois–Salaberry sont cependant dans l’incertitude relativement à leur financement, qui se termine le 31 mars prochain. Une très courte lettre du gouvernement fédéral a été reçue par de nombreux organismes à travers le Canada, promettant de nouvelles informations sur un éventuel appel de projets, un engagement flou et peu rassurant.

«Les organismes de prévention et de sensibilisation ont besoin d’être pleinement soutenus, estime Dany Morin (Chicoutimi–Le Fjord), porte-parole associé sur les questions de LGBT. Il leur faut un financement adéquat, stable et dont les mécanismes d’attribution ne génèrent pas un trop lourd fardeau administratif.»