KATHRYN SPIRIT : LE NPD VEUT QUE LA MOBILISATION CONTINUE

La députée de Salaberry-Suroît invite la population à envoyer une lettre aux ministres libéraux

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD — La députée du NPD Anne Minh-Thu Quach continue de faire pression sur le gouvernement libéral en demandant à la population d’envoyer des lettres pour demander aux ministres Marc Garneau (Transport Canada) et Hunter Tootoo (Pêches et Océans), d’agir rapidement. Après des années de travail visant le départ de l’épave gisant aux bords du lac Saint-Louis, Mme Quach réclame une intervention rapide de la part des libéraux. 

« Cela fait 4 ans que je travaille avec les élus municipaux et la population pour faire partir cette épave de chez nous. Nous avons assez attendu. Le propriétaire a fait faillite et aucun travail d'entretien ni de surveillance ne sera assuré dorénavant sur le navire. Les risques environnementaux et de vandalisme sont donc plus inquiétants. La balle est dans le camp du gouvernement libéral : il doit enfin prendre l’initiative de l’action », a déclaré Mme Quach.

Mme Quach a envoyé deux lettres au ministre Garneau dont la première, peu de temps après l’élection fédérale, lui demandant de travailler ensemble afin de trouver des solutions pour que l’épave quitte enfin les eaux du lac. Bien que ses lettres soient restées sans réponse, la députée espère que des lettres de citoyens pourraient faire bouger les choses.

« Depuis l’abandon du Kathryn Spirit, plusieurs élus ont demandé une intervention du fédéral. M. Garneau et M. Tootoo doivent comprendre l’exaspération de la population concernant cette épave. J’invite tous les citoyens à leur écrire pour leur demander d’agir avant qu’il ne soit trop tard », déclare la députée.  

Les citoyens trouveront la lettre aux ministres Garneau et Tootoo à l’adresse suivante : http://www.anneminhthuquach.npd.ca/kathryn-spirit. Ils pourront l’envoyer par courriel directement depuis le site de la députée ou par la poste.

Cette lettre demande au gouvernement fédéral de prendre ses responsabilités afin d’éviter un accident écologique.