LE GOUVERNEMENT DOIT FAIRE APPLIQUER LA LOI CANADIENNE SUR LA SANTÉ

Communiqué national

Afin de préserver le principe d’universalité,  le NPD demande au gouvernement fédéral de faire appliquer la Loi canadienne sur la santé

MONTRÉAL — La semaine dernière, l’Assemblée nationale a apporté des changements importants aux services de santé du Québec en adoptant le projet de loi 20, qui notamment normalise les frais accessoires. Le NPD demande au gouvernement de M. Trudeau de faire appliquer la Loi canadienne sur la santé afin que tous aient un accès égal aux soins de santé, sans égard à la capacité de payer du patient.

 Le NPD, comme de nombreux experts, médecins et patients, juge que ce projet de loi contrevient aux principes fédéraux d’universalité et d’accessibilité en santé. Avec cette nouvelle loi provinciale, le gouvernement du Québec normalise la pratique de faire payer les patients pour des services de santé qui normalement sont gratuits. Dans une lettre envoyée à la ministre fédérale de la santé, le lieutenant québécois de Thomas Mulcair a demandé à Ottawa d’intervenir sans plus tarder.  

« Le gouvernement de M. Trudeau doit agir dès maintenant pour empêcher le gouvernement du Québec d’imposer des frais accessoires aux patients, a affirmé le député Alexandre Boulerice (Rosemont—La Petite-Patrie). Le projet de loi 20  et les frais accessoires mettent en péril les principes fondamentaux d’accessibilité et de gratuité des soins de santé. » 

Le système de santé universel est un des acquis les plus importants pour les Canadiens. Tout doit être mis en œuvre pour protéger les services en santé. C’est pourquoi le NPD demande au gouvernement de M. Trudeau de faire respecter la loi canadienne sur la santé au Québec comme partout au pays.  

« La loi fédérale existe pour garantir les services de santé universels, et le gouvernement fédéral doit la faire respecter sans plus tarder. C’est sa responsabilité. Si les libéraux n’agissent pas rapidement, ce sont les patients québécois qui en souffriront », a ajouté M. Boulerice.