Le gouvernement Trudeau chavire dans l’ironie

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD Le gouvernement Trudeau a annoncé vendredi matin son choix quant à l’entreprise choisie pour le démantèlement du Kathryn Spirit. C’est une coentreprise formée d’Excavation René St-Pierre et Englobe Corp. qui entreprendra les travaux en 2018; une situation ironique selon Anne Minh-Thu Quach, députée de Salaberry – Suroît.

Le gouvernement du Canada a octroyé un contrat pour le démantèlement du navire Kathryn Spirit, avec pour objectif de retirer ce dernier de façon permanente des rives de Beauharnois et de remettre le site à son état d’origine. La coentreprise finira les travaux à l’automne 2019 en vertu de son contrat de 11 134 179 $.

« C’était écrit dans le ciel que le groupe St-Pierre allait obtenir ce deuxième contrat. Je rappelle que cette entreprise a dû cesser ses travaux sur le navire en 2012 à la suite de mon intervention et celle du maire de Beauharnois. J’avais démontré à cette époque que le groupe n’avait pas les autorisations ni fédérales ni provinciales pour effectuer ce type de travaux. Le gouvernement a-t-il des garanties sur l’expertise des entreprises choisies?», s’interroge la députée de Salaberry – Suroît.

Anne Quach souligne, de plus, que le gouvernement agit en réaction depuis le début. Les conservateurs et les libéraux savaient que l’épave contenait des polluants et des matières dangereuses. Ils ont toujours attendu à la dernière minute pour intervenir dans des situations d’urgence. Par exemple, il a fallu attendre que le bateau risque de se renverser pour que des câbles ne soient installés et un remblai protecteur ne soit construit.

La députée ne peut s’empêcher de sourciller face au moment choisi par le gouvernement Trudeau pour son annonce. « Ça m’étonnerait beaucoup que ce soit une coïncidence que le gouvernement ait choisi un vendredi pour dévoiler cette nouvelle majeure alors que tout le monde a plus la tête à la fin de semaine », ironise Anne Quach. 

 

– 30 –