LE KATHRYN SPIRIT : MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD – Au bout d’une saga qui aura duré 7 ans, le Kathryn Spirit est désormais chose du passé. Anne Minh-Thu Quach, députée de Salaberry-Suroît, se réjouit du dénouement mais elle conserve un goût amer de cette mésaventure.

« Après avoir pressé les gouvernements conservateur et libéral d’agir dans les dernières années, je ne peux que saluer la patience des gens de Beauharnois. Ils retrouvent enfin leur rive, et cette épée de Damoclès environnementale va enfin disparaître. Je tiens du même souffle à remercier tous ceux et celles qui ont été à mes côtés dans ce combat : les élus, les citoyens, les médias locaux et nationaux. Sans eux, on ne serait pas où on en est aujourd’hui », lance d’entrée de jeu la députée du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Selon elle, cette mobilisation nécessaire en dit long sur l’inaction des gouvernements Harper et Trudeau.

« Un gouvernement responsable et conscient de la sécurité de ses citoyens aurait-il laissé un vieux rafiot contenant des matières dangereuses dépérir pendant 7 ans? Je ne crois pas, commente Anne Minh-Thu Quach. Nous avons été chanceux que l’histoire se termine bien mais cela n’est dû qu’à la proactivité locale qui a brisé l’inertie gouvernementale. »

Elle se questionne aussi sur le jugement du gouvernement en place. Au total, la saga du Kathryn Spirit aura coûté près de 24 millions de dollars aux contribuables. De ce montant, au moins 8 millions iront à la compagnie qui a amené l’épave en 2011. 

 « Rappelons que c’est le gouvernement de Justin Trudeau qui a choisi cette compagnie faisant partie du consortium  pour démanteler le navire pour une somme frisant les 12 millions de dollars. C’est une insulte à l’intelligence de récompenser les pollueurs. Je crois au principe du pollueur-payeur. Les conservateurs et libéraux nous ont juste démontré qu’ils préfèrent celui de pollueur-payé. Des comptes devront être rendus », dénonce la députée du NPD.

Anne Minh-Thu Quach se réjouit toutefois de pouvoir maintenant tourner son attention vers des enjeux plus constructifs pour toute la circonscription.