Le NPD demande au gouvernement de rejeter le port pétrolier de Cacouna

Réagissant au fait que les bélugas sont désormais considérés comme une espèce en voie de disparition, le NPD exhorte le gouvernement conservateur à rejeter le projet de port pétrolier à Cacouna.

«Les conservateurs doivent se rendre enfin à l'évidence. Le port pétrolier à Cacouna ne peut pas voir le jour sans menacer la survie des bélugas», a affirmé le porte-parole adjoint du NPD en matière d’environnement, François Choquette.

Le statut d'espèce menacée des bélugas du Saint-Laurent leur confère une plus large protection au point de vue de la loi. Le NPD demande donc au gouvernement de rejeter sans plus tarder le projet du port pétrolier à Gros-Cacouna, projet situé en plein coeur de la pouponnière des bélugas.

«Une majorité des Québécois et des résidents de Cacouna ne veulent pas de ce projet qui n'a rien d'un projet de développement durable, a ajouté François Lapointe (Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup). Il n'y avait déjà plus d'acceptabilité sociale possible pour la construction d'un port pétrolier dans cette région du fleuve. Maintenant, il en va de la survie d’une espèce qui n’est plus seulement menacée, mais en voie d’extinction. Le gouvernement ne peut plus ignorer notre demande, il doit mettre un terme à ce projet.»

Rappelons qu’en octobre dernier, le NPD a déposé une motion demandant au gouvernement d'abandonner le projet de port pétrolier à Gros-Cacouna. Les conservateurs et les libéraux avaient voté contre cette motion qui visait à protéger l'habitat des bélugas