Ottawa doit respecter notre pacte moral avec les vétérans

Dans leur plus récente motion de journée d’opposition, le NPD demande aux conservateurs de reconnaître leurs obligations envers les membres actifs et retraités des Forces canadiennes.

Selon le NPD, il existe un pacte entre les Canadiens et le gouvernement qui l'oblige à offrir des compensations financières et des services de soutien adéquats aux membres actifs et retraités des Forces canadiennes qui ont été blessés ou handicapés, aux familles des soldats morts en service ainsi qu'à leurs personnes à charge.

« Les Canadiens reconnaissent que le gouvernement fédéral a des responsabilités morales, sociales, juridiques et fiduciaires envers les hommes et les femmes qui servent courageusement notre pays, a affirmé le député du NPD, Fin Donnelly (New Westminster-Coquitlam). Nous sommes prêts à défendre les droits des anciens combattants. »

Le pacte moral entre le gouvernement canadien et les membres actifs et retraités des Forces armées canadiennes existe depuis longtemps.

« Tous les partis ont  voté en faveur de la charte des anciens combattants en 2005. Mais la façon dont les conservateurs l’ont mise en œuvre est injuste envers les anciens combattants et les prive de services essentiels, dont ceux liés aux pensions qu’ils ont gagnées et méritées, a affirmé le porte-parole du NPD en matière d’anciens combattants, Peter Stoffer (Sackville-Eastern Shore). Il est honteux et inacceptable que le gouvernement nie ses obligations envers les anciens combattants. »

La motion se lit comme suit :

« Que, de l’avis de la Chambre, il existe une obligation morale, sociale, juridique et fiduciaire distincte entre la population canadienne et le gouvernement selon laquelle une compensation financière équitable et des services de soutien doivent être fournis aux anciens membres et aux membres actuels des Forces armées canadiennes qui ont été blessés, qui sont devenus handicapés ou qui sont morts en raison de leur service militaire, ainsi qu’aux personnes à leur charge, que le gouvernement est tenu d’assumer. »