Sécurité ferroviaire : les conservateurs n’en font pas suffisamment

Le rapport du comité évince des recommandations essentielles

Le NPD est déçu de constater que le comité des transports ait choisi de ne pas retenir les recommandations essentielles des experts dans son rapport portant sur l’examen du régime canadien de sécurité des transports déposé à la Chambre des communes aujourd’hui.

Après avoir initialement refusé la demande du NPD, le comité parlementaire a effectué une étude portant sur le transport des marchandises dangereuses et les systèmes de gestion de la sécurité peu après le drame survenu à Lac-Mégantic.

« Les conservateurs ont écarté plusieurs recommandations essentielles des experts. Pourtant, elles auraient pu améliorer immédiatement la sécurité du public. Or, ce qu’on constate, c’est que le gouvernement n’en fait simplement pas assez », a déploré le porte-parole en matière de transport, Hoang Mai (Brossard – La Prairie).

Le gouvernement fédéral devrait encadrer rigoureusement le transport de marchandises dangereuses et faire en sorte qu’il y ait plus d’inspections et de vérifications impromptues, périodiques et fondées sur les risques. Les compagnies ferroviaires devraient également procéder à une analyse des itinéraires et à des évaluations de risques pour ensuite les rendre publiques afin d’assurer la maîtrise de ces risques. Pourtant, ces éléments ne s’y retrouvent pas.

« Afin d’élucider des questions restées sans réponse et mieux comprendre les causes de la catastrophe de Lac-Mégantic, le NPD a demandé la tenue d’une enquête publique indépendante sur le transport ferroviaire des marchandises dangereuses », a conclu M. Mai.