Déclaration de la députée Anne Minh-Thu Quach à la suite du dépôt de son projet de loi pour créer un commissariat fédéral de la jeunesse

« Je suis heureuse de pouvoir enfin déposer mon projet de loi, après 4 tentatives la semaine dernière, pour mettre en place sur le premier commissariat à la jeunesse du Canada.

Depuis près de 30 ans, le Canada s’est engagé à créer une instance fédérale pour vérifier l’application des droits des enfants. Notre pays a un grand retard au niveau fédéral concernant l’application des droits des enfants et des jeunes. On peut penser au manque de services pour les enfants et les jeunes des Premières Nations, Métis ou Inuit, les détentions de mineurs dans les centres d’immigration ou la faible prise en compte de leurs intérêts lors de la mise en place de politiques publiques.

Le commissaire nous permettra de veiller, de manière indépendante, à l’application des conventions internationales et de surveiller les actions prises par le gouvernement fédéral. Il permettra de sensibiliser les jeunes quant à leurs droits, et ces derniers seront impliqués directement au sein du fonctionnement du commissariat. Le commissaire pourra également mener des études pancanadiennes sur la situation des enfants et des jeunes au Canada. Enfin, il sera un agent de liaison avec les différents partenaires, incluant ses homologues provinciaux et d'autres pays.

J’ai mené des consultations avec des partenaires d’un océan à l’autre, et il m’apparaît clair que le premier commissaire, celui qui mettra en place les précédents et l’organisation, doit être issu d’une Première Nations, Métis ou Inuit. J’en appelle à tous les partis, de travailler ensemble afin de faire du commissaire fédéral jeunesse une réalité le plus rapidement possible. »